Articles dans le Dole Mag

Article du mois de mai 2015

Impôts locaux : + 11,6 %
Quel optimisme avons-nous eu dans le précédent Dole Mag lorsque nous annoncions une hausse des impôts à 4% pour le Grand Dole !
C'est près de 12 %, et non 9,8 % comme il est dit, que les Dolois subiront en augmentation d'impôts, Dole et Grand Dole confondues.
Sur la feuille d'impôts on aura donc :



Variation de la base
Variation des taux
Total des variations
Ville de Dole
+ 0,9 %
+0 %
+ 0,9 %
Grand Dole
+ 0,9 %
+ 9,8 %
+ 10,7 %
Total des variations
+ 1,8 %
+ 9,8 %
+ 11,6 %


Nous sommes très loin des promesses électoralistes du candidat Sermier. Et nous n'avons toujours pas de lisibilité distincte quant à la justification de ce matraquage puisque les recettes prévues au budget 2015 sont en hausse.

Sur le budget primitif de la Ville voté au mois de mars, on voit bien la hausse des recettes, hausse supérieure à la hausse engendrée par la variation de 0,9 % des bases (soit environ 81000 €) :


Il était donc possible de tenir la promesse de baisser le taux à hauteur de la hausse des bases (0,9 %) sans compromettre le budget de la Ville puisque les recettes augmentent même sans la fiscalité.

Pour ce qui est du Grand Dole, aucune économie, aucune réorientation des lignes budgétaires n'ont été proposées pour éviter cette hausse de la fiscalité.
Comment les  Grands Dolois vont-ils pouvoir supporter cette hausse, dans un contexte social difficile, et ce, depuis 2008 ?

Comment un Maire de l'Agglomération va-t-il justifier cette hausse sans proposer en face un nouveau projet. Comment va-t-il expliquer que pour mener à bien ses projets, il pourrait avoir besoin d'augmenter faiblement la fiscalité de sa commune ? Pour tout le mandat, le levier fiscal ne pourra plus être touché sans avoir en face, et on le comprend bien après ce matraquage fiscal, une levée de boucliers.
Il faut noter que cette forte hausse de la fiscalité sur Le Grand Dole s'est faite sans concertation avec les maires de l'Agglomération.

Nous avions proposé l'idée d'un pacte fiscal afin d'avoir une cohérence fiscale sur le territoire.
Comme à l'accoutumée, proposition rejetée avec dédain.

La confiance, donnée à Jean-Marie Sermier et Jean-Pascal Fichère, il y a un an, a donc été faite sur la base de mensonge et de tromperie.

Qui se serait douté, qu'un an après, la droite ligne défendue aurait été si mouvante ?
Phanie BOUVRET, Ako HAMDAOUI


Article du mois de mars 2015


Malgré une promesse électorale, nos impôts vont augmenter

Lors des élections municipales, le candidat JM Sermier, s'est engagé à réduire le taux d'imposition des taxes locales à hauteur de la hausse des bases et a annoncé qu' "il faut baisser les impôts de la Ville chaque fois qu'on laisse la Communauté d'Agglomération augmenter les impôts" (voir sur notre blog).

Ce sera une promesse non tenue, de plus.

Les bases vont augmenter de 0,9 %.
De plus, M. Fichère propose d'augmenter le taux d'imposition d'environ 4 à 5 % au Grand Dole.

Ainsi, les Dolois verront leurs impôts augmenter sur la ligne de la Ville et sur celle de l'Agglomération.
Ce seront encore les foyers modestes et les classes moyennes qui seront le plus impactés.

Certes, il est difficile de bâtir un budget avec une baisse de dotations d'État. Mais cette situation était connue durant la campagne municipale. Comment croire qu'un député, participant aux débats et vote de la loi de finances, n'ait pas mesuré les conséquences de ces baisses ?

Ce qui choque, ce sont les promesses qu'on sait ne pas être tenables. Quelle éthique politique !

Faut-il être prêt à tous mensonges pour gagner une élection ?

Ako HAMDAOUI, Phanie BOUVRET-MAIRE

                                                                                                 

Article du mois de janvier 2015

Nous aurions pu écrire... 

  Nous aurions pu écrire que les services publics à Dole sont en train d’être  déconstruits (eau, assainissement, transports urbains, restauration collective), que « la chasse aux sorcières » (licenciement de certains, mutations déguisées ou forcées) et le « placement des copains » se poursuivent.

  Nous aurions pu écrire que le Maire, sourd à nos propositions, refuse systématiquement toute contradiction, même la plus minime.

  Nous aurions pu écrire que pour les festivités de fin d’année la petite grande roue ne nous semble pas un choix à la hauteur de notre Ville, qu’offrir des colis de Noël avec des produits avariés est un « sacré loupé ».

  Nous aurions pu écrire que syndicats, agents et élus se plaignent des dysfonctionnements dus à la désorganisation de la mutualisation depuis que l’ancien DGS de la communauté du Val d’Amour a été imposé.

  Nous ne le ferons pas.

  Nous voulons écrire cette tribune pour vous présenter nos vœux les plus sincères de bonheur, à chacun d’entre vous et à vos familles.

Phanie BOUVRET-MAIRE, Ako HAMDAOUI

Article du mois de novembre 2014

Les copains d'abord, les autres dehors !

Nous avions attiré l'attention des Dolois sur une pratique que nous considérons critiquable  : aposter copains et famille.

Nous souhaitons ici attirer l'attention sur une pratique tout aussi condamnable  : la "chasse aux sorcières".

Une épuration des services de la Ville et de l'Agglomération est en marche.

Après avoir "démutualisé" le poste de DGS, c'est maintenant le responsable du pôle culture qui est licencié, la Directrice adjointe a été poussée vers la sortie, l'ancien Directeur de cabinet de l'Agglomération sera renvoyé en décembre.

Et ce n'est pas fini.

Les agents sont des fonctionnaires dévoués à l'institution qu'ils servent et doivent être mis au service d'un projet politique et non au service de politiques partisanes, ni au service d'un seul homme.

Pourtant, l'un des proches du Maire dit dans La Voix du Jura du 27 mars  : «   Les Dolois verront que c’est quelqu’un de droit »". Et, dans le même journal du 22 avril on pouvait lire : "… il [M. Sermier] jurait au début de la campagne qu’il n’arriverait pas avec armes et bagages"

Le masque tombe, les pratiques révèlent une méthode inacceptable.


Ako HAMDAOUI, Phanie BOUVRET-MAIRE

Article du mois de septembre 2014

Nos enfants ne méritent-ils pas des activités enrichissantes ?

La rentrée est là et rien ne se profile sur le temps périscolaire.

Un courrier expliquant un pseudo-projet a été présenté aux parents fin juin 2014 : mais seuls les nouveaux horaires des écoles ont été donnés.

Comment font les parents qui travaillent jusqu'à midi le mercredi ? Ils inscrivent leurs enfants au centre aéré à partir de 11h30 ?

Et les parents qui travaillent après 16h30 paieront la garderie, alors qu'auparavant de 16h30 à 18h, on pouvait inscrire ses enfants à l'étude gratuite.

L'État alloue 50 € par enfant pour la mise en place de ces rythmes. À quoi servent-ils, juste faire du "gardiennage" selon les dires du Président du Grand Dole ?

Bien d'autres communes, pour certaines moins pourvues que Dole, ont eu de l'ambition, avec des activités visant l'épanouissement de l'enfant.

Le Maire a-t-il oublié que cette ville était dotée d'associations, d'un conservatoire, de clubs sportifs, d'un musée, d'une école des beaux-arts...? Encore eût-il fallu pour ça avoir un projet.

Là encore on n'avance pas !
Ako HAMDAOUI, Phanie BOUVRET-MAIRE






Article du mois de juin 2014

Maintenant on arrête de reculer !

À chaque fin de période scolaire, nos enfants entrent en vacances épuisés. Il fallait donc bien réformer leur rythme scolaire.

L'inspecteur académique a refusé, et heureusement, la proposition de notre maire de mettre toutes les activités périscolaires sur le vendredi après-midi. La pire des solutions selon tous les chronobiologistes. Nous sommes revenus sur la proposition initiale de l'ancienne municipalité : que de temps perdu.

En effet, nous aurions pu réunir les élus pour travailler sur le contenu. Aucune commission n'a travaillé sur ce projet. On ne peut se résoudre à faire juste de la garderie, alors que l'occasion nous est donné de proposer des activités qui peuvent participer à l'épanouissement de nos enfants.

Pour ne plus perdre de temps nous avons proposé au maire de réunir une commission ad-hoc et lui avons donné un document résumant nos propositions* : continuité du travail pédagogique des enseignants, avec parcours culturel, sportif, scientifique et citoyen, et  appui sur les agents municipaux et associatifs.

Ce projet est une formidable occasion d'enrichir nos enfants par des activités et d'œuvrer à la réduction des inégalités sociales


Phanie BOUVRET-MAIRE, Ako HAMDAOUI

 Projet éducatif globalPour lire nos propositions de travail à l'occasion des nouveaux rythmes scolaires : 






 


Article du mois de mai 2014

Maintenant j'avance,

Je place gracieusement ma famille, mes amis
Je fais un effort sur mes indemnités...pour me servir au maximum de ce que la loi autorise
Je me sers des moyens des Dolois
Je réprime l'opposition
Je prends des décisions sans concertation avec les Dolois, à leurs frais
Je parle, maintes fois, de transparence pour cacher l'obscur...
Je ne sais encore où je vais ni ce que je vais faire, ne connaissant pas vraiment cette ville

Je suis venu à Dole pour servir...mes propres intérêts
Ainsi commence le mandat de notre Maire.

En effet, lors de notre premier Conseil municipal (hors installation de ce dernier), le Maire annonce qu'il démutualise le directeur, compétent et méritant, pour installer un ami, son ancien DGS. On a ainsi des agents mutualisés ville-agglo qui ont 2 directeurs. Où est l'efficacité ?

Puis, le directeur de cabinet est mutualisé avec l'agglomération et sa permanence parlementaire avec la maire. Où est la logique ?

Il interdit à l'opposition plus de 2 questions par sujet, il l'oblige à écrire une tribune dans ce magazine en seulement 1000 caractères. Il la craint à ce point-là ? Où est la démocratie ?

C'est sans précédent, Duhamel doit se retourner dans sa tombe.

P. BOUVRET-MAIRE, A. HAMDAOUI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire