lundi 27 avril 2015

Copinage encore et encore

Nous avions rédigé deux articles dans des précédents numéros du Dole Mag (mai et novembre 2014) pour dénoncer les recrutements de copains faits après avoir jeté les personnes en place, soit :
  • Le Directeur des Transports
  • L'ancien responsable de Cabinet de l'Agglomération mis au placard,
  • Le Directeur financier mis au placard.
  • L'ancien Directeur Général des Services muté à 300 km.
Pour les amis suivants : 
  • Le Directeur Général des Services : Jean-Baptiste Voinot, ancien Directeur Général de la communauté du Val d'Amour de Monsieur Sermier et néanmoins ami.
  • Le Directeur de la Culture pour y placer Monsieur Guéniat,
Et ce n'est pas fini, nous tiendrons cette liste à jour.

Si nous publions ce nouveau post c'est parce que le copinage continue et c'est insoutenable, tant la tentative de duperie est forte.

En effet, pour remplacer la Chef du Servie Enfance-Jeunesse, on recrute là aussi une copine : Céline BRESSAND.

Cette dernière figurait sur la même liste que le Président de l'Agglomération, Jean-Pascal Fichère, Claire Bourgeois République (Vice-Président du Grand Dole), Jean-Baptiste Gagnoux ( 1er Adjoint, chargé du Cœur de Ville et de la Politique de la Ville), Jean-Philippe Lefèvre (chargé de l'Action Culturelle, de l'Evènementiel et des Relations Internationales), Patrick Revilloud (Directeur de Cabinet) :




Pour mémoire, nous vous invitons à relire cet article paru dans la Voix du Jura en avril 2014.




dimanche 15 mars 2015

Les impôts vont augmenter

Lors de la campagne municipale, le candidat Jean-Marie Sermier s'est engagé à ne pas augmenter les impôts et même à les baisser (voir ci-dessous son document de campagne).




Or dès le premier budget construit par le M. le Maire, on constate que c'est l'inverse qui se produit. Puisque les bases (valeurs locatives des habitations) augmentent de 0,9 %. Ce qui entraînera pour 2015 une hausse sur la taxe d'habitation et sur la taxe foncière (voir la vidéo).
Il s'est engagé à baisser les taux de fiscalité à hauteur de la hausse du taux des bases.

De plus, il s'était engagé à "baisser les impôts de la ville de Dole chaque fois qu'on laisse la Communauté d'Agglomération augmenter les impôts" (voir la vidéo ci-dessous).


video

Or du Conseil communautaire du Grand Dole du 5 février 2015, M. le Président, Jean-Pascal Fichère, nous a annoncé une hausse des taux de fiscalité sur les ménages, hausse défendue par le Maire de Dole.

Alors pourquoi lors du Conseil municipal du 9 mars 2105, le Maire a annoncé que la fiscalité n’augmentait pas?
C'est tout simplement un excellent exemple de "Langue de bois". Car ce qui ne va pas augmenter ce sont les recettes fiscales de la Ville de Dole.

En effet, le gouvernement a augmenté les abattements des ménages qui en bénéficient déjà.

Donc la taxe d'habitation et la taxe foncière des contribuables Dolois, qui ne bénéficient pas d'abattement, vont augmenter.

jeudi 28 août 2014

Pôle Multimodal de la Gare

Depuis l'élection de Monsieur le Maire, les travaux de la Gare sont arrêtés.

Cet arrêt n'a été validé par aucune instance qu'elle soit municipale ou communautaire. Ce projet Grand Dolois a été mis à mal par un seul homme qui a décidé de ne pas donner suite à ce qui aurait pu être un bel espace d'accueil de la ville de Dole.

A aucun moment, il n'a sollicité les usagers des chemins de fer.

Les usagers doivent passer, à l'heure actuelle par un champ de ruine, dangereux eu égard aux nombreux accidents qui nous ont été relatés par les victimes, sans parler de l'accueil qu'offre ce décor sur notre belle ville, d'Art et d'Histoire...

Ces suspensions de travaux ont un coût pour le contribuable, et est estimé à 700 000 euros de perte sèche, c'est-à-dire, 700 000 euros d'argent public perdu pour aucun aménagement ni modification.
Lors de notre intervention en conseil communautaire afin de comprendre la raison de ce choix, aucune réponse ne nous a été apporté, juste un «vous verrez bien» et «le projet ne convient pas». En quoi ? Comment ? Aucune réponse claire.

Après 4 mois, nous ne voyons toujours rien, ou plutôt si, nous voyons une place digne d'un film sur la guerre de 14-18 (dont nous fêtons le centenaire, y aurait-il un lien?), et plusieurs arbres qui, faute d'entretien sont morts.

Des usagers ont fait circuler une pétition, balayée d'un revers de la main par monsieur le Maire, à croire, qu'il ne porte aucun intérêt pour ces « personnes-là ».

Lorsque nous avons interrogé sur l'abandon de l'entretien des arbres, là encore, la réponse fut mensongère. Il nous a été dit que c'était le maître d’œuvre qui devait s'en occuper. Les travaux arrêtés, et n'étant donc pas réceptionnés, il n'y a plus de maître d’œuvre, donc c'était bien à la ville de s'en occuper. Malgré les expériences politiques de certains, ils en ont occultés quelques connaissances.

Nous cherchons encore à comprendre pourquoi, nous n'avons toujours pas de réponse. Nous demandons à connaître le nouveau projet, et là encore, aucune réponse.

A l'origine du projet, l'effort avait été mis, entre autre, sur la mobilité des usagers de la ville, du Grand Dole, de la gare, avec une habile articulation pour les déplacements doux, les déplacements avec les bus du Grand Dole....d'où la création de pistes cyclables sécurisées, de parkings à vélo, d'un réseau de bus communautaire efficients...
A l'heure actuelle, se repose la question, par la nouvelle majorité, de redessiner 30 places de parking devant la gare, et ne plus permettre, donc, l'accès aux bus., places inutiles eu égard au nouveau parking de la Rotonde.
Le "tout voiture", pour une ville de la densité de Dole est une aberration...
Il est, en permanence, demandé aux citoyens de faire des efforts pour le respect de l'environnement, à juste titre, si nous voulons un bel avenir pour nos enfants.
Les municipalités, de quelques bords que ce soit, se doivent de montrer l'exemple en matière d'écologie. Les élus de la majorité doloise ne semblent pas encore en avoir pris conscience en ce qui concerne les déplacements.


Phanie Bouvret-Maire


L’Hôpital

Comme vous le savez, le 1er avril (et ce n'était pas un poisson), le service de réanimation du Centre Hospitalier général Louis Pasteur de Dole a fermé ses portes.

Depuis plusieurs mois, l'Agence régionale de la santé avait pris cette décision, sans appel.


Un projet de fusion privé-public est envisagé. Mais nous ne pouvons pas laisser le service public de la santé se vendre au privé, nous ne pouvons pas autoriser les hautes instances à fermer petit à petit les services de santé.

La santé doit être accessible à tout un chacun et de proximité. Elle se doit de répondre rapidement aux souffrances tant physiques que psychiques des citoyens d'une République.

Là où certains pays tentent de mettre en place un service public de la santé, en France, depuis quelques temps, nous tentons de le démanteler. Que ferons-nous demain sans hôpital de proximité, comment pourrons-nous accéder à des soins de proximité ? Les personnes qui seront les plus impactées seront les plus vulnérables, les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants....Comment les habitants pourront avoir accès aux soins sans services adaptés ?

Cette fermeture de la réanimation n'est que le prémisse de ce que sera la santé dans quelques années, la fermeture du bloc opératoire est aussi plausible. En effet, il est envisagé de le transférer dans la clinique le temps de travaux. Mais reviendra-t-il à l'hôpital ?

A quel coût, à l'avenir, pourrons-nous nous soigner ?

Nous refusons de faire d'un hôpital, une entreprise.

Chacun se doit de pouvoir vivre en sécurité dans sa ville, dans son agglomération....Fermer un hôpital c'est mettre en danger la santé de ses habitants, et nous ne pouvons pas admettre et laisser faire sans réagir.

Nous devons tous nous unir pour exprimer notre inquiétude et notre désaccord quand à la fermeture de l’Hôpital Public. Nous vous appelons à vous joindre à nous lors des diverses manifestations pour la défense de l’Hôpital sur le pays dolois.

L’Hôpital est un lieu précieux à conserver.

Phanie Bouvret-Maire


Serment d'’Hippocrate
En présence des Maîtres de cette école, de mes chers
condisciples et devant l’effigie d’Hippocrate, je promets et je
jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité dans
l'exercice de la médecine.
Je donnerai mes soins gratuits à l’indigent, et n'exigerai
jamais un salaire au-dessus de mon travail.
Je ne permettrai pas que des considérations de religion, de
nation, de race, viennent s’interposer entre mon devoir et
mon patient.
Admis dans l'intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas
ce qui s’y passe. Ma langue taira les secrets qui me seront
confiés, et mon état ne servira pas à corrompre les mœurs, ni
à favoriser le crime.
Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, je rendrai
à leurs enfants l'instruction que j’ai reçue de leur père.
Que les hommes m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes
promesses, que je sois couvert d'opprobre et méprisé de mes
confrères si j’y manque.